LACIM une action durable et solidaire dans le monde !

LACIM au MALI

Aspects santé

 
Médecin
Médecin et enfant
Mère et nourrisson
Mère et nourrisson
 

Il est évident que tous les projets décrits précédemment participent à une meilleure santé des populations . On a vu qu'en milieu bambara, grâce à l'alphabétisation des femmes, la mortalité des enfants lors du sevrage a pratiquement disparu alors qu'elle se situait entre 15 et 20% ( un enfant sur 5 ou 6 )

L'accès à l'eau potable est assuré, la malnutrition est réduite, l'alimentation est plus variée ( jardins et maraîchage ), les règles d'hygiène sont connues ( ce qui ne veut pas dire respectées : avant de manger dans le même plat en puisant ensemble de la main droite, beaucoup se lavent encore les mains dans le même récipient … alors qu'il existe des ustensiles adaptés et bien connus ) . L'accroissement des revenus familiaux , l'accès des femmes à une certaine autonomie grâce à leurs activités, permettent au plus grand nombre d'accéder aux soins . Il est vrai que les centres de santé peuvent être éloignés et que le niveau des soignants est à améliorer ( 1 médecin pour 100 000 Habitants en milieu rural, à comparer à 1 500 en France ) .

Dans les années 1990, LACIM a répondu aux souhaits des populations isolées, en construisant des dispensaire-maternités . Ceci a été fait sans tenir compte des considérations économiques - bien qu'averties, certaines communes font actuellement la même erreur - Or le coût des prestations acceptable par les populations est faible pour le moment : 4 à 5 Euros pour un accouchement et 1 Euro pour un cycle de 5 séances de CPN ( Préparation à la Naissance ) . Il en résulte que même pour une " matrone " ( formation 9 mois ) dont le salaire est faible ( 40 Euros / mois) la population concernée doit être supérieure à 2 500 Habitants . Le salaire pour une infirmière obstétricienne diplômée est autour de 120 Euros / mois .

LACIM a rénové les bâtiments de sa responsabilité ( budget de 5 000 à 8 000 Euros ) avec un revêtement de sol facile à entretenir ( carrelage ) et mis un éclairage solaire ( 1 000 Euros ) . Parallèlement les tables d'accouchement ont été remplacées ( 500 Euros ) ; le personnel de santé a été formé à la gestion et est fourni en petit matériel lors de 2 visites annuelles de contrôle .

Dans les maternités créées par LACIM , un comité " santé " composé uniquement de femmes aide la matrone à maintenir l'hygiène des locaux et assure avec elle la gestion financière . Cela a permis des progrès notables .

Fillette
 

L'excision des fillettes reste très pratiquée (cela dépend des ethnies) mais en milieu bambara rural c'est presque à 100% . Outre les souffrances infligées et les problèmes éthiques, c'est une cause importante de mortalité natale et post-natale, en particulier au niveau des jeunes " femmes " primipares ( l'âge moyen est de 15 ans mais il n'est pas rare d'avoir des accouchements à 12-13 ans ! ) . Il est très difficile de lutter contre cette pratique défendue par les mères qui sont persuadées que sans cela leurs filles ne pourront trouver un mari . LACIM prévoit de s'y employer .