LACIM une action durable et solidaire dans le monde !

LACIM au MALI

Banques de céréales en Zones 1 et 2

 
Grenier à mil
Grenier à mil
 

Dans un contexte d'insécurité alimentaire, le souci de disposer au village d'une réserve de céréales à utiliser pour la " soudure ", au début des travaux champêtres, est compréhensible .

Le problème est d'après nous complexe :

  • il faut éviter les manipulations monétaires car avant l'existence des Caisses communales qui peuvent sécuriser l'argent ( existence de comptes et de coffre-fort ), l'argent resté au village " disparaissait " facilement .
  • le stock devait être accessible aux plus pauvres, qui par définition, n'ont pas d'argent pour acheter au moment de la " soudure ".

LACIM a donc fourni à certains villages de la zone 1 et 2 ( ont été exclus ceux où il existait déjà des dispositifs mis en place par d'autres partenaires tels que CARITAS ) un capital qui a permis de constituer le stock de départ ( 1 000 à 2 000 Euros suivant l'importance de la population ). Celui-ci a été réparti ( en juin-juillet ) entre les familles qui en ont exprimé le besoin . Mais, à la récolte ( janvier ), elles doivent rembourser la quantité empruntée augmentée de 20% ( pendant la " soudure " le prix des céréales aurait été de plus de 100% ) .

La difficulté du système est en cas de mauvaise récolte de s'astreindre à rembourser bien qu'en fait ce soit une épargne de sécurité .

Le projet concerne 21 villages de la zone 1 et 11 de la zone 2 . Dans certains villages qui ont bien géré et avec le projet AD, le stock dépasse maintenant les stricts besoins de sécurité et les bénéfices tirés de la gestion des surplus financent des projets communautaires ( salaire des enseignants … ) .

 

 

Magasins communautaires en Zone 3

 
Repas
Un repas
 

En zone sahélienne, les populations d'éleveurs se regroupent autour des points d'eau qui peuvent être éloignés des sites de marché hebdomadaire . Elles souhaitent disposer d'un magasin où elles pourront trouver les produits de 1ère nécessité : céréales, sel, huile, thé, tabac, piles, fournitures scolaires, etc …

Il faut donc d'abord construire un bâtiment en 2 parties ( stockage et comptoir de vente) qui souvent est le premier bâtiment qui va permettre un début de sédentarisation .

Budget approximatif : 5 000 Euros .

LACIM fournit ensuite le capital qui va permettre le premier approvisionnement ( budget de 1 200 à 1 800 Euros ) .

Pour une bonne gestion, LACIM a financé la formation d'un gestionnaire et d'un magasinier et notre représentant contrôle régulièrement l'état du stock .

Actuellement 16 sites sont équipés .